Nous avons l’habitude d’entendre la routine « métro, boulot, dodo » mais cela pourrai bientôt changer avec la mise en place d’une indemnité kilométrique vélo. Ceci afin de développer les moyens de locomotion gratuits, non polluants et surtout renouvelables comme cela est inscrit dans la loi sur la transition énergétique.
Vélo travail 2
Pour faire avancer un vélo, nous avons besoin uniquement de l’énergie des mollets, une force disponible à l’infini, qui ne « coûte » rien et qui est bonne pour la santé!

Oui mais voilà même si les résultats d’une récente étude indique que le pourcentage de personnes utilisant leur vélo pour aller travailler augmente significativement dans le cadre du versement d’une indemnité kilométrique. Oui mais voilà ce n’est pas encore assez pour engendrer des effets positifs sur les problèmes écologiques auquel nous devons faire face. Les raisons pour lesquelles nous n’osons pas utiliser un vélo pour aller travailler sont notamment à cause de la sécurité lié à l’utilisation d’un deux roues en zone urbaine.

Soyons clair, si aujourd’hui le Gouvernement arrive à vous convaincre d’enfourcher votre vélo pour aller travailler, c’est en grande partie pour toucher la compensation financière de 25 centimes par kilomètre (non officiel) parcourus. Si non pourquoi ne pas déjà le faire???

Pour ma part je vais au travail en vélo tous les 2 jours, mais ça c’est surtout à la belle saison! Une fois l’automne arrivé, les températures froides, le vent… il est beaucoup plus difficile de se motiver pour aller travailler en vélo, surtout en rentrant vers 23h! Donc premiers soucis pour aller bosser en vélo, les conditions météorologiques!

En second vient surtout la sécurité, pour aller au boulot en vélo il faut rouler sur des routes ouvertes, aux heures de pointes, et la peur d’avoir un accident peut être dissuasive. Habitant Marseille, nous sommes loin d’avoir une ville totalement équipée de pistes cyclables pour se déplacer dans la ville en toute sécurité. Ensuite il y a aussi le soucis du stockage de son vélo pendant les heures de travail, afin d’être certain de le retrouver le soir il faut le garer dans un endroit sûr, et si possible, surveiller.

En troisième vient le premier investissement pour l’achat d’un vélo. Neuf un « bon vélo » coute environ 150€. A la question du subventionnent par le Gouvernement / Ville (comme pour les vélos électriques), pour le moment aucune décision n’a été acter. La réponse sera définitive d’ici quelques semaines. Par contre côté entretien ou assurance, les frais liés sont ridicules étant donné qu’il n’y a pas d’assurance, et à part un pneu à changer de temps à autre et nettoyer / huiler son vélo.

Et vous, quel moyen de transport utilisez-vous pour vous rendre au travail? Quelles actions peut vous convaincre de vous rendre au travail en vélo?