Avant dernier triathlon de la saison 2016, ce triathlon M de Istres, a tenu toutes ses promesses! Compte rendu à découvrir dans la suite de cet article.
triathlon-m-istres-2016
Dimanche 4 Septembre, après un bon mois d’entrainements, j’avais hâte de me retrouver sur la ligne de départ de ce triathlon M.

Avec un départ tardif à 13h, les dénivelés des parcours, et avec la chaleur, je m’attendais à une course plutôt difficile. Dès mon arrivé sur le site, l’ambiance est chaude, il fait déjà 32 degrés et le ton est donné en mentionnant que le port de la combinaison est interdit. Se sera une première pour moi.
triathlon-m-istres-2016-1
Préparation du bike, enfilage des vêtements de course SKINS et direction l’étang pour faire mes premiers pas dans l’eau. Annoncée à 26 degrés, je n’ai pas froid du tout, et c’est avec plaisir que je m’échauffe en faisant quelques centaines de mètres de barbotage.
triathlon-m-istres-2016-5
triathlon-m-istres-2016-3
Retour à terre pour le briefing de course ainsi que les procédures de départ (les femmes partent 5 minutes avant les hommes).
triathlon-m-istres-2016-6
Nous voici enfin au moment tant attendu ou le coup de pétard retentit! Ça part très très vite, en tout cas c’est ce que je me dit puisque je me suis calé sur une respiration en 2 temps. Le chrono des 500 premiers mètres est pas trop encourageant avec 9 minutes pour y arriver!

triathlon-istres-natation-1

Les 1000 mètres restant se feront sur le même rythme pour sortir de l’eau en un peu plus de 27 minutes pour 1535m à ma montre. Je félicite l’organisation pour avoir créer un parcours très clair et parfaitement mesuré.
triathlon-m-istres-2016-7
A T1 ça va très vite, et à peine les fesses sur le vélo que les watts explosent! Ça monte à 350 W, 370W, 380W… je suis bien trop au dessus de ma puissance recommandée pour ce type d’épreuve mais les jambes répondent bien alors je continue!

Au bout de quelques minutes, et déjà avec quelques bosses dans les jambes, le cardio étant un peu haut je lève le pied. La chaleur fait son oeuvre aussi, et là je me rappelle mes astuces acquises pendant mes entrainements pour éviter la déshydratation. Utile dans ces situations!

Les 20 derniers kilomètres à vélo (sur les 40 du parcours) se feront à une allure plus modérée pour éviter de griller toutes mes cartouches (en fait le mal était déjà fait, mais je ne le sais pas encore).

Le parcours vélo est très sympathique, les routes sont en super état, et c’est un vrai sentiment de sécurité de rouler dans ces conditions. Deux points négatifs pour l’organisation, le manque de ravitaillements en liquides (surtout avec cette chaleur), et à un rond point il manquait un signaleur du coup je me trompe de route! Heureusement sans gravité, je perds seulement quelques secondes. Je termine le parcours vélo en 1h08, soit 34km/h de moyenne avec un D+ de 450m, et j’arrive au parc à vélo en 12è position.
triathlon-m-istres-2016-8
De retour au bike parc pour T2 les jambes descendent sans problème du vélo, et la foulée est bonne. Tellement de bonnes sensations que je réalise ma meilleure transition à ce jour et j’empoche en même temps le meilleur chrono de la journée! 🙂
triathlon-m-istres-2016-10
Départ course à pied! Je pars fort, encore une fois trop fort d’ailleurs! Je ne tiens pas 300m avant qu’un point de côté fasse son apparition dans le ventre. Je lève le pied pour récupérer.

triathlon-istres-final-1

Malgré une allure réduite j’ai des difficultés à reprendre mon souffle. Le parcours n’aide pas vraiment non plus! C’est que des bosses, de longues montées, et sous une canicule avoisinant les 36 degrés… Les ravitos étant plutôt rare, je suis bien content d’avoir de l’eau sur moi pour m’hydrater.

Devant les difficultés qu’éprouvent les concurrents, spontanément des habitants en bord du parcours ont mis à disposition des tuyaux d’eau afin de nous arroser, un grand MERCI ! 😉
triathlon-m-istres-2016-9
Revenons à ma course à pied, après 3km « dans le dur » je vais un peu mieux, mais l’allure est toujours « lente » à mon gout. Bizarrement je me suis fais doublé par un seul concurrent? A partir du 5è kilomètres je me sens de mieux en mieux, bon c’est pas la super forme non plus hein! Mais je reprend du poil de la bête, ainsi que le concurrent qui était juste devant moi. En le doublant ce dernier m’annonce être complètement dans le dur. En réalité c’est un gros coup de chaud, il est complètement déshydraté. Je lui conseille de s’arrêter au prochain tuyau d’arrosage pour récupérer et boire un bon coup. Ce qu’il fait.

triathlon-istres-final-2

Je continue ma route tout seul, les sensations sont bonnes puis je discute avec un arbitre qui me suit sur son vélo (on est en descente 😉 ). Me voilà à l’avant dernier ravito, les bénévoles me tendent des éponges qui me permettent de m’asperger d’eau bien fraiche, cela fait un grand bien! A la sortie du ravito je rattrape un autre concurrent, et me voilà 11è!
triathlon-m-istres-2016-12
Un peu moins de 4 kilomètres à parcourir avant l’arrivée! Une vingtaine de minutes de course restante, que je ferai tout seul! Pas un concurrent devant, ni derrière. Je termine en levant le pied, et quel bonheur de franchir la ligne d’arrivée! La partie pédestre est bouclée en 46 minutes et 37 secondes, un chrono bien loin de mon record sur la distance, mais compte tenu des conditions et du dénivelé c’est pas trop mal (le meilleur chrono de la journée sur la partie pédestre est de 41’07).
triathlon-m-istres-2016-11
Je découvre que je suis 11è au scratch et 4è de ma catégorie pour un total de 2h24 de course! Bon un peu la rage de voir que le podium catégorie était à 15 secondes devant moi, si seulement j’avais pu faire différemment hein! 😉

Dans l’ensemble je suis satisfait de ma course, que je juge solide à la vue des chiffres pures des dynamiques de course, et des conditions climatiques.

Côté organisation, pour cette première édition sous un format M, Istres Sport Triathlon nous offre une très belle prestation dans des conditions de rêves (eau plate et chaude, pas de vent, parcours vélo propre et sécurisant, et parcours course à pied nickel). Attention néanmoins que les parcours étant loin d’être roulant à la lecture des dénivelés, il faut être un minimum entrainé pour se rendre sur ce type d’épreuve! Quelques petits points restent à affiner pour l’année prochaine, mais vous avez tout mon soutien pour renouveler!
triathlon-m-istres-2016-13
Bien sur le meilleur moment de la journée après la franchissement de la ligne d’arrivée, celui du passage au stand de l’ostéo 🙂

Un grand merci à l’organisation de Istres Triathlon, les nombreux bénévoles très accueillant, les habitants pour leurs encouragements et les tuyaux d’eau, les services de sécurité ainsi que mes partenaires. Crédit photo à l’organisation de Istres Sport Triathlon, merci!